Sois toi-même, tous les autres sont déjà pris, David Zaoui, JC Lattès

« Les anonymes qu’on entrevoit depuis un train à grande vitesse existent bien, et pourtant on dirait les accessoires d’une maquette ou d’une maison de poupée. On y pense un instant et on les oublie aussitôt. Curiosité furtive. Ainsi va la vie.»

« Alfredo Scali, rien – ni l’âge, ni la fatigue, ni la maladie, ni les innombrables obstacles qui se dressent sur notre route -, rien de rien ne devrait nous empêcher d’être nous-mêmes, et de réaliser nos rêves.»


Alors que j’étais devant les rayons de la libraire, indécise quant à mon choix, se présentait devant moi – comme une évidence – Sois toi-même, les autres sont déjà pris. Je me souvins que j’avais croisé son auteur sur les réseaux sociaux. Je le prenais, sans aucun a priori. Le résumé m’avait déjà séduite. Je le mettais dans ma besace, prête à descendre retrouver ma côte natale. Ce livre m’accompagnerait pour le début de mes vacances au soleil…

Alfredo Scali est un artiste peintre. Comme tous les artistes, il se confronte au jugement des autres, à une vie liée à celle du regard des autres, à la mouvance culturelle. Evidemment, son succès n’est pas immédiat, et Alfredo continue à se chercher : prend-il la bonne direction ? Son conseilleur Pôle emploi ne manque pas de lui rappeler que peintre, ce n’est pas vraiment un métier… Pour aider sa grand-mère, atteinte d’Alzheimer, une aide à domicile va lui prêter main forte. Ce n’est pas n’importe quelle aide, c’est un petit singe, femelle, Schmidt. Afin d’éviter à Schmidt de finir comme élément principal d’un plat confectionné par sa grand-mère qui ne va pas mieux, Alfredo entame une collocation avec Schmidt. Le petit singe va prendre une place prépondérante dans la vie d’Alfredo…

Ce roman est un condensé de notre monde moderne, avec ses qualités et ses défauts. Une jolie dose d’humour, une pincée de folie, et quelques grammes des valeurs morales qu’on a tendance à oublier de nos jours. Evidemment, avec son métier d’artiste peintre, Alfredo ne rentre dans aucune case. Aucun code ROME ne correspond à son activité d’artiste ! La correspondance entre Alfredo et son conseiller Pôle Emploi, digne du théâtre de l’absurde, rappelle qu’aujourd’hui, la construction de soi est un périple. On ne construit pas pour soi, mais en fonction de la société. La voix du père d’Alfredo apparaît alors comme un Sage, avec ses réflexions sur la vie, sur la richesse qui est humaine et non pas financière. Parce qu’aujourd’hui, plus que jamais, on a tendance à oublier l’Humain. David Zaoui, à travers les lignes de cette histoire hors du commun, remet au centre de la réflexion la question de l’Humain. Que fait-on de l’Humain aujourd’hui ? Un roman qui vous rappelle que vous êtes Vous, et que c’est votre plus grande richesse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s