Julien Sandrel, La vie qui m’attendait, Calmann Lévy.

« Je me surprends à sourire. À imaginer à quoi pourrait bien ressembler ma vie si je vivais ici, dans le sud de la France. Est-ce que mon rythme serait le même ? Est-ce que mon quotidien y serait plus doux ? Je pourrais rester des heures à contempler le paysage. Je pourrais mais ce n’est pas du tout ce qui va se passer. « 

« Nos vies sont-elles des chimères ? Tout ce que nous savions a été balayé en un instant. Nos vies d’avant n’existent plus. »

La vie qui m’attendait était dans ma pile depuis un moment, mais je voulais laisser passer un peu de temps après la magie que m’avait procuré la Chambre des Merveilles, du même auteur. J’ai ensuite attendu le petit-déjeuner littéraire avec l’auteur avant de poster cette chronique…

Romane est une médecin généraliste hypocondriaque. Sa vie est fade, elle suit une routine sans saveur. Elle n’est pas heureuse. Elle a une relation fusionnelle avec son père dont elle ne veut plus. Alors qu’elle suit ce petit train-train confortable, une de ses patientes lui avoue qu’elle l’a vue à Marseille, qu’elle est au courant. Romane part donc à la recherche de cet énigmatique double…

Un roman qui met en scène la vie et les possibilités qui peuvent s’offrir à un même destin. Les relations familiales sont au centre de cette réflexion. Comment vivre dans le mensonge et en sortir ? Qu’est ce que l’Autre peut révéler sur soi-même ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s