Karine Lambert, Un arbre, un jour…, le livre de de poche.

« Cet arbre nous accompagne depuis notre naissance et est resté fidèle jusqu’au bout, lui. Il mérite notre gratitude. »

« Les humains nous entourent de leurs bras, écrivent des poèmes et des chansons en hommage à notre grandeur ou ils gravent des prénoms sur nos troncs, et nous acceptons sans broncher. Nous leur offrons volontiers l’oxygène dont ils ont besoin. Nous les arbres, nous avons également nos rêves, nos envies d’ailleurs, nos moments de solitude intense. Quelquefois, comme eux, nous titubons au bord de l’abîme. »

J’ai commencé à lire ce livre alors que le confinement s’annonçait. Initialement, j’ai choisi ce livre parce Papa était en train de le lire à 800 kilomètres de moi (je l’avais moi aussi dans ma bibliothèque) et que Maman l’avait beaucoup aimé. Paradoxalement, je n’ai pas eu plus le temps de lire que d’habitude malgré ces jours passés à la maison ! Mais une chose est sûre, c’est que ce livre, en plus d’être émouvant et poétique, s’inscrit dans ce climat particulier : il faut que nous soyons unis pour arriver à notre but commun. C’est l’unique moyen d’y parvenir…

Un Platane. Le Platane – Monsieur Platane je dirai même – trône au milieu de la place depuis plus de cent ans. Les habitants l’ont toujours connu là, partageant avec lui leurs humeurs. Et cet arbre veille sur ces habitants. Mais les services de la mairie ont décidé de son sort : il va être abattu. Clément, jeune garçon d’une dizaine d’années va se battre pour le sauver. Lettre au président, vente de badges, le garçon va vite réunir une équipe autour de lui… Cela va-t-il suffire à sauver l’arbre ?

Un roman empli de tendresse, où des personnes – pourtant très différentes – s’unissent dans un but commun. Chacun apporte sa pierre à l’édifice, en fonction de ce qu’il est, de ce qu’il a. La voix de l’arbre – voix de la sagesse – nous rappelle à la fois notre petitesse dans le monde, et notre grandeur. Un paradoxe qui fait de nous l’Humain que nous sommes, qui peut agir sur une partie de son destin.

Pour sauver notre arbre, notre France, il nous faut prendre soin de nous, et de nos ainés, en restant au chaud en lisant de bons livres !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s