J.R.R Tolkien, Roverandom, Pocket.

« Il était une fois un petit chien nommé Rover, un petit chien de taille réduite, vraiment réduite, et très jeune, sinon il aurait mieux connu la vie. Il se sentait pleinement heureux, jouant dans le jardin, sous un beau soleil, avec une balle jaune. Dans le cas contraire, il n’aurait sûrement pas fait ce que… »

«  »Que peut-il bien faire, toute la journée ? demande Roverandom à Rover. – Faire ? Oh, il semble toujours assez occupé. Depuis ton arrivée, il me semble même l’être plus que je ne l’ai vu depuis longtemps. Il doit fabriquer des rêves… – Et dans quel but, fabriquer des rêves ? – Oh ! Pour l’autre face de la lune; sur celle-ci personne ne rêve; les rêveurs sont tous sur la face cachée… »

J’ai eu la surprise d’avoir pour mon anniversaire un week-end à Paris, destiné à voir l’exposition Tolkien à la BNF, en janvier. Une jolie escapade parisienne, où même l’hôtel était choisi pour rappeler cette immersion Tolkien ! Je remercie celui qui était à l’origine de ce merveilleux week-end ! L’exposition était réussie, malgré un flot incessant de visiteurs (ce qui paraît aujourd’hui impensable!) qui ne permettait pas de lire attentivement l’ensemble des panneaux. C’est pourquoi, à la sortie, je me suis rendue à la boutique allouée pour compléter ma collection d’oeuvres de Tolkien et prendre le livre de l’expo. C’est à cette occasion que j’ai découvert Roverandom.

Rover est un jeune chien plein d’énergie et de folie qu’on connaît aux chiots qui découvrent le monde. Alors qu’il joue avec sa balle, il mord l’arrière-train d’un vieillard qui porte un chapeau doté d’une plume verte. Mais hélas, ce vieillard n’est pas n’importe qui : c’est un sorcier, qui, pour punir l’impolitesse de Rover le transforme en jouet. Placé dans une vitrine et très vite acheté, Rover se retrouve dans la poche du pantalon de son nouveau jeune propriétaire. Il réussit à s’en échapper et rencontre un mage qui veut l’aider à retrouver sa taille réelle. Rover se lance dans un voyage, entre ciel et mer, pour obtenir le pardon du sorcier et retrouver sa vie d’avant…

Un petit livre, une fable, à la lisière du Petit Prince et de Candide. En effet, comme les deux personnages des romans éponymes, on s’attache à ce jeune chien qui fait son parcours initiatique de vie. A la rencontre de créatures diverses, toutes les plus incroyables les unes que les autres, Rover découvre le monde avec ses bons et ses mauvais côtés. L’entraide ou encore la compassion et l’acception de l’autre sont des grands thèmes de ce livre. La poésie de Tolkien fait de cet ouvrage un petit précis pour les plus petits et les plus grands, qui nous rappellent que la réalité et le rêve doivent se côtoyer pour créer un juste équilibre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s