Vanessa Gault, Jeu de dupes, Editeur Vanessa Gault

« On rêvait toutes du prince charmant, à cette époque, pour avoir une vie meilleure, parce que c’est pas drôle tous les jours, de bosser dur pour des clopinettes. Moi j’étais indépendante, j’ai jamais rien demandé à personne; mais c’est vrai que ça faisait rêver, de devenir femme de patron, par exemple, avec une belle maison, et ne plus s’inquiéter du lendemain. Ton père, c’était tout ça à la fois: il me plaisait, bien sûr, et aussi il y avait le rêve, parce qu’il allait devenir médecin, il était brillant; et moi, rien que d’être avec lui, je devenais quelqu’un d’autre. Je reflétais sa lumière. »

« Oui, c’est fou; mais c’est juste parce qu’on n’est pas habitués. Au fond, est-ce que c’est vraiment fou, de dire la vérité tout le temps ? Peut-être que la vraie folie c’est de mentir à tort et à travers. »

Voici les fêtes de Noël (déjà) passées, et nos cadeaux déballés. Je suis persuadée que vous avez tous été gâtés, et que des livres se trouvaient au pied du sapin. Ces fêtes nous ont bien occupés, nous transformant en véritables lutins de Noël ! Gâteaux de l’Avent, Saint Nicolas, cadeaux faits main, préparation du menu du réveillon… Voilà pourquoi ma Pile à Lire est descendue très lentement ces derniers temps… Voici le roman que j’ai fini quelques jours avant Noël, Jeu de dupes. C’est toujours la même émotion lorsqu’un auteur – ou une autrice – me contacte, et me fait parvenir le fruit de son imagination et de son travail : son roman. Vient ensuite le moment de guetter le facteur, qui va mener avec lui le précieux colis. Et ensuite, le plus palpitant : découvrir la couverture et plonger dans l’histoire !

Laetitia est tombée amoureuse d’André Dulin. Devrions-nous dire plutôt qu’elle est tombée amoureuse de cet étudiant qui se destine à être médecin : pour Laetitia, secrétaire, cela en jette ! Lorsqu’elle lui annonce qu’elle est enceinte, André disparaît. La jeune femme essaie par tous les moyens de le contacter, mais toutes les informations que lui a laissées l’étudiant ne mènent à rien. Dix neuf ans plus tard, Brandon part à la recherche de son père dont il ne connait que le nom. De recherches en recherches, il découvre qu’un André Dulin anime un séminaire autour de la psychanalyse à l’université. Est-ce le bon André Dulin ? Que va découvrir Brandon ?

Un livre qui m’a désarçonnée au début. Le roman s’ouvre avec la voix de Laetitia, qui parle un langage familier à la syntaxe imparfaite. Mais le lecteur comprend vite au chapitre suivant que ce langage particulier donne corps au personnage de cette maman célibataire. Le changement de style est tranchant avec la voix de son fils qui s’exprime dans un français parfait (et qui corrige d’ailleurs sa mère!). L’histoire prend vie au fur et à mesure des pages. Alors qu’on ne s’y attend pas, on s’attache à ce fils qui se découvre au fil du roman. Le sujet profond de ce roman, la question de soi – questionnement si anguleux – est brossé de manière à ce que chacun puisse en comprendre les enjeux. Un roman plein de surprises !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s