Alice Quinn, Le parfum de la tendresse, Alliages édition.

« Son regard s’attarde sur son fils accroupi au sol devant le chien, absorbé par les échanges de caresses. Le son du rire communicatif de l’enfant la comble. Rebecca achève sa plaidoirie par cette phrase : – Il vous rendra votre amour au centuple ! »

« Joseph Conté oscille à présent entre des sentiments mouvants. Parfois, son humeur plonge au fond d’un puits de chagrin inconsolé, un abime de tristesse. C’est l’arbitraire du destin qui le ronge. Comment un jeune couple peut-il se voir fauché ainsi au tout début d’une vie à construire, alors que leur bébé a tant besoin de lui ? Catherine aussi plane sur ces états d’âme troublés. Comment une mère de famille peut-elle être privée de la joie de voir avancer sa fille ? Il se dit parfois qu’au moins, étant partie la première, Catherine n’aura pas souffert de la mort d’Aurélie. »

J’ai découvert Alice Quinn sur les réseaux sociaux alors que j’ouvrais mon blog. Si j’ai pu lire plusieurs de ses romans, il est incontestable que j’adore sa plume, et que je suis toujours aussi captivée par les histoires qu’elle écrit. J’ai été ravie de faire partie de cette expérience de lecture commune, en avant-première, auprès des autres blogueuses, que je salue au passage (@thelovelyteacher, @livre_et_livresque, @juju_et_ses_livres, @les.livres.de.laube, @lecturedemarie, @cora_lit_78, @Les_soeurs_addicts_aux_livres, @Tapagelecture, @florence.clerfeuille)

La lecture de ce nouveau roman m’a accompagnée en cette fin d’année scolaire. Quel autre lieu qu’un collège pour lire l’histoire d’un prof ? Parce que, oui, un prof – quelle que soit la discipline qu’il enseigne, a une vie en dehors des cours. Clin d’oeil à mes élèves de quatrième que j’ai pu avoir en cette fin d’année scolaire ; )

Le mercredi 30 juin, nous avons pu échanger en direct, et en visio, avec Alice Quinn. A la question « quel mot pour caractériser ce livre? », j’ai répondu « Papillon ». En effet, on assiste à l’épanouissement du personnage principal, qui prend véritablement son envol à la fin du livre. Plus que ça, et comme l’a souligné ensuite Alice Quinn, c’est un « bouquet de papillons » qui se tient devant nous à la fin ! Un moment de partage autour de ce livre qui n’est pas encore sorti. Mais ne vous inquiétez pas : il arrive ! Vous pouvez déjà le précommander, ou le retrouver dès le 7 juillet, au format e-book sur Amazon puisqu’il participe au Concours des plumes francophones, au prix de 0,99 euros,. Si vous êtes un lecteur papier, il est déjà disponible sur Amazon sinon il vous faudra patienter quelques semaines avant de le retrouver chez votre libraire préféré ! Mais je ne manquerai pas de vous avertir de sa parution !

Nous avons eu l’honneur de choisir la couverture définitive du roman : c’est celle que vous voyez sur la photo. Personnellement, je n’ai pas voté pour celle-ci… Je remercie @alice.quinn.romans ainsi que @palabrasocialmedia pour cette superbe aventure !

Joseph est gentil. Peut-être trop. On peut même dire que sa gentillesse le perd parfois. Alors qu’il ne se remet pas de la mort de sa femme Catherine, un félin domestique fait son apparition: Sissi. L’animal adopte l’être humain. La fille de Joseph, avec laquelle il n’arrive plus à échanger, trouve la mort dans un accident de la route, avec son mari. Joseph, en plus du chagrin, doit prendre sous son aile Rohan, son petit fils devenu orphelin, et inconsolable depuis que son chien, Pouf, demeure introuvable… Comment Joseph va-t-il trouver le courage d’affronter tous ces évènements qui le sortent de sa routine ?

Un roman que j’ai lu avec des images bien précises en tête. Pour cause, j’ai fait mes études à Aix-en-Provence, et découvert tous les matins à mon réveil, la grande dame qui veille sur la ville: la Sainte Victoire. J’ai arpenté de nombreuses fois les rues de la vieille ville. On s’attache à Joseph, ce prof complétement (é)perdu, mais Pouf, le petit chien aux airs de Snoopy attire toute notre attention. Une histoire chargée d’émotions, qui prend une autre dimension ; une prise de conscience, et un changement de posture font de ce roman conduit habilement par Alice Quinn, un véritable prisme.

Pour aller plus loin : une construction en arche, où les caractères des uns font écho à ceux des autres. Un rapport dialectique où chacun trouve sa tempérance dans la synthèse de ce rapport. Un duo humain qui trouve son reflet poétique dans le duo composé par Sissi et par Pouf.

Un commentaire sur “Alice Quinn, Le parfum de la tendresse, Alliages édition.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s