Dominique Sels, Festin de jeunesse, éditions de la Chambre au Loup.

« Tu ne te rends pas compte. Il y a une emprise. Quand Fergusse joue, j’ai la même impression que la première fois que je l’ai entendu, d’être arrivée au rendez-vous de ma vie, d’être là où je dois me tenir ; ça commence enfin, ça s’exprime : ça, qui était là depuis longtemps, et qui prend enfin une forme. »

« J’ai un Bruno portatif, ça me suffit ; quand on a passé beaucoup de temps avec quelqu’un, on le transporte à vie… Nous avons des fêmurs, des épaules, et nous sommes aussi faits du concert de nos conversations. Le phrasé de nos amis vit en nous. On peut dire ça aussi de quelqu’un avec qui on travaille. »

Tout d’abord je remercie Babelio et la maison d’éditions pour cet envoi théâtral. C’est un plaisir particulier pour moi de découvrir, de lire, une pièce de théâtre. J’aime en imaginer la mise en scène, la scénographie, et ainsi créer mon propre spectacle porté par les mots de l’auteur. Je reviens donc sur cette pièce, que j’aimerai maintenant voir au théâtre !

Maud et Maxime se retrouvent pour passer la nuit du Nouvel An. On apprend que Maud est tombée follement amoureuse de Fergusse, musicien célèbre et bien plus vieux qu’elle. Maxime, quant à lui, semble mener une histoire avec Bruno. Le lien entre Maud et Maxime ? Bruno est l’ex de Maud et l’a vraisemblablement quittée pour Maxime. Un quatuor amoureux à un(e) inconnu(e). Alors que Maud est guidée par cet amour qui semble à sens unique, Maxime tente de lui faire prendre conscience qu’elle s’enferme dans cet amour…

Une pièce à la fois légère et portant une véritable réflexion sur les sentiments amoureux. Deux personnages qui évoluent dans un espace restreint et qui pourtant, semblent vivre dans deux mondes bien distincts…

Ma Box théâtre par Librairie théâtrale

Les offres de box sont de plus en plus nombreuses, et dans bien des domaines. Quand j’ai vu qu’une box autour du théâtre était proposée, je me suis abonnée.

Plusieurs offres sont proposées, selon vos goûts, et votre budget. En ce qui me concerne, j’ai choisi la box classique : une pièce contemporaine coup de cœur, une pièce classique méconnue et des goodies.

Devant ma boîte aux lettres, une enveloppe grise métallisée : j’ai su que c’était elle ! Je viens de recevoir ma première box et elle tient toutes ses promesses ! Et l’exemplaire du répertoire critique avec 100 scènes à jouer est un ouvrage pratique, qui va beaucoup me servir.

En plus, les goodies sont à mon goût : un chocolat de la marque Café Tasse que j’adore, et un thé sarrasin vanille qu’il me tarde de goûter !

Je reviens vers vous une fois les œuvres dévorées ! Et bientôt, retrouvez mes chroniques spectacle vivant !

Somerset Maugham, La Comédienne, 10/18

« Drôle d’époque ! songea Julie. Les acteurs se donnent un mal fou pour ressembler à des hommes du monde et les hommes du monde à des acteurs. »

« C’est comme l’Everest. Si les hardis grimpeurs acharnés à sa conquête y découvraient un beau jour un escalier, ils n’en croiraient pas leurs yeux, ils y verraient un piège. »

Je suis tombée sur ce livre par hasard, il était exposé sur une table à Cultura. Évidemment, le théâtre occupant une grande partie de ma vie, je l’ai pris en main, et la quatrième de couverture m’a tout de suite conquise ! Resté dans la PAL presque un mois, j’ai enfin eu le temps de me plonger dedans. Eh oui, nous étions- mes élèves de théâtre et moi- en pleine préparation pour notre spectacle des 60 ans de l’académie de Reims. Ce chouette spectacle anniversaire s’est déroulé le 25 mai. J’ai profité du week-end férié la semaine dernière pour prolonger mon immersion théâtrale avec ce livre. J’ai pris naturellement la couverture de mon cahier-journal, cahier que je tiens en miroir de mes élèves, qui recense l’ensemble des cours et projets de l’année.

Julie Lambert est une comédienne (trop) reconnue, qui s’ennuie. Elle a tout pour elle : un mari directeur de théâtre, la richesse, les premiers rôles. Mais tout cela devient trop routinier pour Julie. Le jeune comptable du théâtre est un admirateur de la comédienne qu’est Julie. Ensemble, ils vont avoir une aventure. Quel impact cette dernière va avoir sur Tom son amant, sur elle en tant que femme, en tant que comédienne ?

Entre histoire d’amour passionnelle et quête de soi, ce roman retrace à merveille les émotions d’une femme qui se voit vieillir. Julie sait jouer avec cette palette d’émotions qu’elle connaît si bien et pourtant, elle nous rappelle la fugacité de l’amour, de la vie. Ce roman exerce son pouvoir cathartique, il nous entraîne dans la réflexion profonde autour de notre essence même et nous interroge sur nos priorités.

Emmanuelle Ménard, l’Ascenseur, l’échappée belle.

« MONTAIGNE- Oui c’est cela. La langue est le miroir idéal pour en apprendre sur la société : (Il montre son sac) Vous voyez, dans ma besace j’ai un calepin où je note tout ce que j’entends chez vous depuis deux jours. Tenez, je prends au hasard une liste : TGV, jogging, se grouiller, montre quartz, escalator, autoroute, plateau-télé… Je n’ai pas encore décrypté mais il semblerait que l’homme court toujours après le temps… »

« MONTAIGNE- Les Essais, vous connaissez sans doute ?

MARCEL- Je connais les Essais de Montaigne.

MONTAIGNE- Et bien c’est moi.

MARCEL- C’est vous… Qu’est-ce que vous voulez dire ?

MONTAIGNE- Montaigne, c’est moi. Je vous le dis entre quatre murs mais restez discret : il ne faudrait pas trop l’ébruiter.

MARCEL- Bien sûr, bien sûr… Et moi je m’appelle Rabelais.

MONTAIGNE- Rabelais ? Ce cher Rabelais qui, de son appétit démesuré a engrossé le monde des Lettres ? Mais c’est saint Pierre qui vous envoie ! »

Depuis ma première rencontre avec le théâtre, il est devenu une véritable passion. D’abord d’un point de vue scolaire, puis une option lourde au lycée. Une passion pour tous ses aspects : son histoire évidemment, mais aussi sa pratique. Aller au spectacle est devenue une seconde nature. Et après l’obtention de ma certification théâtre, j’ai le bonheur de partager ma passion avec mes supers lycéens en option théâtre. C’était une grande joie de découvrir un nouveau texte de théâtre. Je remercie Babelio et la maison d’éditions pour cet envoi. Un texte original qui a réussi cette prouesse de lier deux de mes passions : théâtre et philosophie.

Montaigne est envoyé sur terre par Saint Pierre qui veut quelques histoires de notre quotidien, pour se divertir. Il ne sera pas déçu. Montaigne reste coincé dans un ascenseur, tantôt auprès d’une femme d’affaires, tantôt auprès de Marcel, homme aux pensées suicidaires largué par sa femme. Montaigne aurait presque envie de rester sur terre… Va t-il y rester pour continuer ses Essais version société moderne ?

Un condensé de rire, un texte que nous imaginons sur scène, avec trois personnages hauts en couleur ! Un huis clos où quiproquos flirtent avec philosophie. Un Montaigne qui remet sa philosophie au goût du jour avec une découverte de notre monde.

Message pour mes élèves : peut être quelques extraits bientôt en cours ? 😉