Je ne cours plus qu’après mes rêves, Bruno Combes, Michel Lafon

« Parsemé d’embûches et de souffrances, qu’il est long le chemin pour arriver jusqu’à soi. Nous sommes tous persuadés que demain, dans quelques mois, un an tout au plus nous choisirons enfin de vivre ce que nous souhaitons réellement. Mais combien d’entre nous oseront se poser les bonnes questions, franchir le pas et décider d’être en accord avec leurs aspirations profondes ? »

« Depuis qu’elle avait sympathisé avec Louane, un fol espoir prenait forme dans son esprit: et si cette jeune femme avait été mise sur son chemin pour l’aider à réaliser son dernier rêve ? Comme si deux êtres ne se rencontraient pas par hasard, mais parce que quelque chose de plus fort qu’eux les avait inéluctablement amenés à se rencontrer: c’était peut-être cela qu’on appelait le destin. »

Lorsque ce livre est paru, j’étais en voyage scolaire, et plus précisément… en Espagne. Le lire à mon retour en France s’est imposé, moi qui venais de découvrir l’Espagne pour la toute première fois. En lisant ce livre, je ferai, en quelque sorte, à nouveau le voyage vers le soleil et la chaleur typique de ce pays méditerranéen. De plus, le titre m’avait charmée : courir après ses rêves… Vaste projet, que l’on prend trop à la légère… Le projet d’une vie, en somme…

Les 3L. Non, ce n’est pas le dernier groupe de musique à la mode, mais bien l’union de trois femmes : Louane, Laurene et Louise. Elles ne se connaissaient pas, vivaient chacune leur vie routinière, pavée de déceptions et d’espoirs. Louane, suite à l’échec de son baccalauréat, est punie par son père à travailler tout l’été dans une maison médicalisée pour des patients souffrant d’Alzheimer. Selon lui, elle va apprendre la vie… Il ne croit pas si bien dire. Louise, une grand-mère internée dans cette maison, demande à Louane un service qui va sceller leur destin… Sur le chemin se trouvera Laurene… L’avenir des trois femmes est alors lié…

Bruno Combes réussit à merveille à dépeindre les sentiments qui nous animent au cours d’une vie. Louane, Laurene et Louise ne sont finalement que des personnifications des divers moments clés de notre passage sur terre : l’adolescence et sa demande de liberté, la quarantaine et le bilan professionnel et personnel qu’elle entraîne, la vieillesse et sa réflexion sur le chemin parcouru. Regrets, espoirs ? Que peut-on attendre de la vie ? Doit-on d’ailleurs attendre ou devons-nous, au contraire, courir après nos rêves ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s