Maxence Fermine, La petite marchande de rêves, Michel Lafon poche.

« Depuis quand les arbres parlent-ils ? – Depuis toujours. Hélas ! les hommes ne prennent guère le temps de les écouter. C’est normal, avec leurs jambes, ils sont toujours pressés d’aller ailleurs. Et le pire, c’est que, lorsqu’ils y sont, ils ne s’y plaisent guère et partent encore ailleurs. Les hommes manquent de sagesse. »

« Peu importe le temps. Ce qui compte, c’est ce que tu vas y apprendre et que tu pourras utiliser plus tard dans la vraie vie. Disparaître peut parfois s’avérer bénéfique. Cela remet les choses en place, un peu comme lorsqu’on démonte puis remonte les engrenages d’une pendule pour la réparer. Tu verras, lorsque tu retourneras chez toi, tu auras appris beaucoup de choses. »

Comme je l’avais annoncé précédemment, voici le livre jeunesse que j’ai choisi de vous présenter en ce mois de janvier. Si certains refusent catégoriquement de lire des romans jeunesse, en ce qui me concerne, je prends toujours beaucoup de plaisir à me plonger dedans. Je me perds d’ailleurs souvent dans les rayons jeunesse des librairies ! Aussi, celui que je vous présente est un roman qui m’avait tapé dans l’oeil…

Malo est un petit garçon qui s’apprête à fêter ses onze ans. Ses parents, pris par le rythme effréné de leur vie d’adulte, lui ont organisé une petite fête avec ses amis, où tout est compris: un soulagement pour la maman qui peut donc vaquer à ses occupations en se donnant bonne conscience ! Le taxi qui mène le jeune garçon à sa fête d’anniversaire, rue de l’arbre sec, entre en collision avec un autobus. Malo, projeté dans la Seine, se voit entouré d’une bulle et se retrouve face à un hublot au fond du fleuve. Il l’ouvre et entre dans un autre monde… Alors que Malo a disparu du monde réel, où est-il ? Pourra t-il revenir dans notre monde ?

Un roman qui se lit (trop) vite. Des personnages tous plus attachants les uns que les autres. Si en tant qu’enfant, ce roman rappelle les grandes règles de la vie, projette le bien et le mal ainsi que leurs conséquences, en tant qu’adulte, c’est un petit précis poétique pour nous rappeler que nous sommes toujours ces adolescents qui découvrent le monde, et qu’il ne faut pas perdre notre âme d’enfant…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s