Agnès Martin-Lugand, Nos résiliences, Michel Lafon.

« Cette personne se serait dit que tout le monde était heureux, que tout allait bien dans cette jolie famille et serait repartie sans gratter la surface de la belle image. Mais s’il était resté, et qu’il avait pris le temps de mieux observer, il aurait vu tout autre chose. Il aurait fini par s’interroger sur le regard du papa bien souvent – trop souvent – dans le vague, il aurait même eu l’impression que cet homme ne se sentait pas à sa place. »

« Lui et toi vous aurez beau faire tout ce que vous pourrez, on ne peut pas changer l’histoire, vous n’étiez pas avec nous. C’est peut-être terrible pour vous, mais.. nous étions au même endroit elle et moi, nous étions ensemble, ce soir-là. C’est son regard à elle que j’ai croisé quand j’ai repris conscience après l’impact et c’est pareil de son côté. On a souffert en même temps. Elle a vu mes blessures, je l’ai vue sombrer… »

C’est une sortie que j’attendais. Depuis que j’ai découvert en poche, il y a bien des années maintenant, Les gens heureux lisent et boivent du café, je ne loupe plus aucune sortie de cette autrice ! J’avais quand même une appréhension, celle de ne pas autant accrocher que d’habitude, dans ce contexte particulier que nous connaissons tous actuellement. Mais, je vous rassure, pour les adeptes d’Agnès Martin-Lugand, vous retrouverez le même plaisir à lire celui-ci que ses précédents romans…

Ava tient une galerie de peinture. C’est un héritage familial. Son mari, Xavier, est vétérinaire. Tous deux coulent le parfait amour, avec leur deux enfants. Il est coutume que Xavier parte un mois tous les ans pour son travail. A son retour, la ré-adaptation à la vie de famille met toujours un certain temps. Alors qu’Ava organise un grand vernissage, Xavier refuse de venir, préférant se rendre à la clinique vétérinaire… La fête sera interrompue par un coup de fil de l’hôpital, Xavier a eu un accident… Comment Ava va-t-elle vivre ce chamboulement ?

Un roman un peu plus sombre que les autres, mais, peut-être, est-ce notre regard qui a changé vis-à-vis de notre rapport à l’hôpital ? On retrouve des personnages avec une forte personnalité, et on suit avec attention leurs aventures. Les mots d’Agnès Martin-Lugand, comme à son habitude, reflètent des sentiments humains universels. Ce titre, et cette histoire, sont dans l’ère du temps: on ne sait pas si tout pourra redevenir, malgré tous nos efforts, comme avant…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s